Randy Boissonnault

Votre député de


Edmonton-Centre

Randy Boissonnault

Votre député de


Edmonton-Centre

Menu

Message de Randy Boissonnault

Récemment, vous avez été nombreux à être déçus de la décision de notre gouvernement de ne pas aller de l’avant avec le changement du mode de scrutin. Je sais que, pour la plupart d’entre vous, cet enjeu revêtait une grande importance et constituait une priorité.

Au cours du processus qui nous a menés jusqu’ici, j’ai entendu diverses opinions de nombreux Edmontoniens. Que ce soit pendant les réunions, dans des courriels ou des lettres et lors de séances de discussions ouvertes ou d’événements communautaires organisés par mon bureau, vous nous avez fait part de vos idées intéressantes et réfléchies à propos de notre démocratie et de notre façon d’élire nos députés. Certaines personnes appuyaient la représentation proportionnelle dirigée, tandis que d’autres soutenaient la représentation locale et le vote préférentiel. De nombreuses entreprises et personnes étaient en faveur de circonscriptions plus vastes comptant plusieurs députés qui refléteraient les pourcentages de vote, alors que d’autres insistaient sur le fait qu’il faudrait d’abord tenir un référendum avant d’apporter quelque changement que ce soit à notre système électoral. En fin de compte, quoique d’excellentes idées aient été proposées, aucun consensus n’a été adopté quant à la nature des changements à notre mode de scrutin ou au processus connexe.

Plusieurs de mes collègues du caucus ont vécu ailleurs au pays la même expérience que j’ai vécue ici à Edmonton. En effet, ils ont entendu différentes opinions à ce sujet, ce qui rendait difficile la création d’une seule et unique proposition au Parlement. À la Chambre des communes, le NPD et Le Parti vert ont appuyé la représentation proportionnelle, alors que le Parti conservateur et le Bloc québécois ont insisté sur le fait qu’ils n’accepteraient aucun changement avant la tenue d’un référendum. Étant donné le peu de temps restant à notre mandat, j’estime qu’il serait impossible de tenir un référendum et je ne crois d’ailleurs pas qu’il serait dans l’intérêt national d’en tenir un. Ainsi, sans un consensus clair concernant un nouveau mode de scrutin, le gouvernement n’ira pas de l’avant avec ce processus.

Nous tournerons donc notre attention sur d’autres priorités, notamment les dépenses nécessaires liées à l’infrastructure pour favoriser la croissance de notre économie, les investissements historiques dans l’éducation des Premières Nations et l’adoption d’approches axées sur l’économie et l’environnement pour le développement de nos ressources naturelles, la construction de pipelines et la lutte contre le changement climatique. Toutes ces mesures créeront des emplois pour les Albertains. Par ailleurs, nous prenons également des mesures pour mettre un terme à l’itinérance, légaliser le cannabis, examiner et renouveler notre système de justice pénale et lutter contre l’épidémie de morts reliées aux drogues opioïdes dans nos collectivités. Nous avons aussi fait beaucoup de progrès pour améliorer le système d’immigration, qui était dans un état lamentable quand nous avons pris le pouvoir. Puisque nous visons également un environnement politique stable, nous déployons des efforts cruciaux pour faciliter la continuité du commerce international avec les États-Unis et d’autres partenaires commerciaux.

Comme plusieurs d’entre vous le savent, j’assume également la responsabilité de conseiller le premier ministre quant aux moyens que peut adopter notre gouvernement pour mieux répondre aux besoins de la communauté LGBTQ2 et de veiller à ce que nous soyons toujours inclusifs et accueillants et aidions le Canada à célébrer et défendre toutes les formes de diversités. Nous avons déjà amorcé des efforts à cet égard et je continuerai de miser sur le soutien et l’aide de notre communauté et de nos alliés pour réaliser d’importants progrès.

Je sais que vous êtes nombreux à être déçus à propos de cette décision et je comprends tout à fait votre déception. Nous avons encore beaucoup de travail à accomplir au cours des deux années et demie à venir pour améliorer notre processus démocratique.

Nous veillerons à améliorer le mode de fonctionnement des commissions parlementaires, renouvellerons le processus de nomination au sein des conseils et comités des organismes fédéraux et abrogerons les éléments non démocratiques de la Loi sur l’intégrité des élections du gouvernement précédent. De plus, nous aborderons vos préoccupations concernant, entre autres choses, la transparence accrue des collectes de fonds à des fins politiques et la protection de nos institutions démocratiques contre les cyberattaques.

Comme toujours, je m’engage à vous servir, les gens d’Edmonton, au mieux de mes capacités, à écouter vos idées et préoccupations et à faire entendre votre voix à Ottawa.